Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-objets

Institut National des Sciences Appliquées
135 avenue de Rangueil, 31077 TOULOUSE CEDEX 4 - FRANCE
Tél : 00 33 05 61 55 96 45 | Fax : (+33) (0)5 61 55 96 97

Partenaires

CNRS
INSA


Choisir la langue du site


          Version Française           English Version

Rechercher

Sur ce site



Accueil du site > LPCNO > Séminaires > 2019 > Les nanoparticules d’or et les biocapteurs : un mariage heureux

Les nanoparticules d’or et les biocapteurs : un mariage heureux

Date : 28/03/2019 à 14:00

Titre : Les nanoparticules d’or et les biocapteurs : un mariage heureux

Intervenant : Souhir Boujday

Provenance : Laboratoire de Réactivité de Surface, Paris

Salle : Salle de séminaire - LPCNO

Abstract : L’association des nanoparticules d’or aux biocapteurs séduit par la multitude de perspectives offertes par ces nano-objets dans le domaine du diagnostic. Longtemps confinées au rôle de marqueurs de biomolécules assurant le suivi par imagerie et/ou microscopie électronique, les nanoparticules d’or sont aujourd’hui incontournables dans le domaine des biocapteurs. Elles sont à la fois un support, un récepteur, un transducteur, un agent nanostructurant et un amplificateur du signal. Sur des surfaces fonctionnelles, leur assemblage bidimensionnel permet de générer des nanostructures plasmoniques tout en optimisant la topographie au regard d’un juste équilibre entre la densité superficielle en biomolécules et leur accessibilité. La maîtrise de cette chimie de surface permet de disposer de structures robustes et homogènes bénéficiant d’un apport géométrique qui améliore les performances des biocapteurs. Leur couplage orienté et contrôlé à des anticorps, génère des outils puissants pour la lecture optique de la reconnaissance moléculaire en suivant la bande plasmon et, au-delà, grâce à la réversibilité du processus d’agrégation / dispersion, pour la lecture visuelle de la reconnaissance moléculaire. Ces bioconjugués, nanoparticules d’or / anticorps, montrent, lorsque leur association est maîtrisée, une stabilité exemplaire permettant de préserver leurs performances analytiques après une année de stockage. Enfin, de par leur coefficient d’extinction molaire extrêmement élevé, ces bioconjugués peuvent également révéler la reconnaissance moléculaire par colorimétrie visible à l’œil nu.